Excite

Aigri, Lance Armstrong sort de son silence

Lance Armstrong, celui que tout le cyclisme cherche à ranger dans les oubliettes, sort du bois et conspue ce monde du vélo qu’il l’a fait successivement héros, empereur, traître et banni dans un long entretien au journal Le Monde.

En janvier, les aveux de Lance Armstrong, septuple vainqueur déchu de la Grande Boucle, devant Oprah Winfrey, star du talk-show américain, laissaient pourtant croire à une page qui se tourne. Or, le monde du cyclisme, plus que d’en faire un exemple, a alors choisi d’enterrer et d’oublier Armstrong. Lâché par tous ses sponsors, poursuivi pénalement, contraint de vendre sa maison pour payer les avocats, Lance Armstrong semblait voué à disparaître.

Dans cet entretien accordé au Monde, le plus détesté des maillots jaunes « raconte toute l’histoire ». Que l’on se détrompe, Armstrong n’appelle pas au pardon, le deuil est fait, les remords restent. Fort de son statut de tricheur avéré, il en profite pour détruire le mythe d’un Tour de France propre et raconte sa version ci-dessous.

« C’est impossible de gagner le Tour de France sans se doper. Car le Tour est une épreuve d’endurance, où l’oxygène est déterminant. Pat McQuaid (président de l’UCI) peut dire et penser ce qu’il veut, il n’a aucun crédit en matière de lutte contre le dopage. Les choses ne pourront pas changer si McQuaid reste au pouvoir. Je n'ai pas inventé le dopage, désolé Travis Tygart, directeur de l'Usada. Et il ne s'est pas non plus arrêté avec moi. J'ai simplement participé à ce système. Je n'ai jamais eu peur des contrôles antidopage. Notre système était assez basique et sans risque. J'avais beaucoup plus peur de la douane et de la police

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017