Excite

Foot kenyan, cadavres et gris-gris

Les fans castagneurs du PSG, de l’Olympique lyonnais, de l’OM ou du stade de La Plata ont-ils agi sous l’emprise d’esprits mauvais ? Allez savoir ! Au Kenya, en tout cas, des forces occultes sont à l’œuvre dans le monde du ballon rond, assure The Standard, de Nairobi.

La sorcellerie et la superstition restent les piliers du foot local, à en croire le tabloïd kényan. Lors d’un récent match, le Tusker FC et l’AFC Leopards ont refusé d’utiliser leurs vestiaires respectifs. « Chaque équipe pensait que l’autre avait envoûté les lieux », analyse un ancien trésorier de club, Onyonyi Kasuja. Diable, diable…

Mais la meilleure défense, c’est l’attaque : certains clubs alloueraient une partie de leur budget à « l’aide surnaturelle » – un coup de pouce dissimulé sous la rubrique « Frais divers ». Des consultants très spéciaux, les teams doctors, loueraient des cadavres à la morgue pour purifier le terrain, apportant ceux-ci sur le stade la veille des matchs.

Pour gagner, on mouille le maillot pendant le jeu – et avant. « On dit qu’un entraîneur connu d’une équipe de la Kenyan Premier League (le Championnat de foot du Kenya) force souvent ses joueurs à porter des vêtements trempés dans de l’urine traitée la nuit précédente », écrit The Standard.

Les sortilèges ont leurs limites, comme en témoigne le sort funeste du Nigérian Ashi Terfa. Ce sorcier est mort sous le tir d’un client qui testait le talisman pare-balles que le guérisseur lui avait préparé, rapportait jadis le site sud-africain News24. L’homme avait noué le gri-gri autour de son cou et sommé M. Umaa Akor de lui tirer dessus pour lui démontrer son efficacité.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017