L’OM et la pègre : les écoutes lèvent une partie du voile

A quelques jours du choc entre le PSG et Marseille en championnat, RMC Sport divulgue une partie des écoutes réalisées par la police qui enquête depuis deux ans sur les liens entre le club et le grand banditisme. Les écoutes révèlent une possible implication de la pègre dans des transferts de joueurs, il y est aussi question de la vente du club.

Un chapitre inédit vient d’être ouvert dans l’affaire des liens supposés entre l’Olympique de Marseille et le milieu corso-marseillais. La police suspecte qu’une partie de l’argent versé à l’OM lors de transferts a fini dans les mains de la pègre.

Dans le cadre d’une information judiciaire pour « extorsion en bande organisée et association de malfaiteurs » ouverte en juillet 2011, la police a placé sur écoute José Anigo, directeur sportif du club olympien. Les enquêteurs cherchent alors à connaître plus en détail ses relations avec Richard Deruda, son ami d’enfance et membre notoire de la pègre marseillaise, Jean-Christophe Cano et Christophe D’Amico, agents de joueurs et également liés au milieu.

RMC Sport a eu accès aux procès-verbaux de ces écoutes. Des éléments ont déjà été publiés dans la presse, entre autres les périlleuses relations de José Anigo avec la pègre corso-marseillaise. D’autres sont inédits, comme les commissions versées lors du transfert de Samir Nasri de l’OM vers Le club londonien d’Arsenal, et l’éventuel vente du club marseillais.

D’après RMC Sport, le transfert d’André-Pierre Gignac depuis Toulouse durant l’été 2010 intéresse tout particulièrement les enquêteurs, la pègre aurait touché des rétro-commissions issues de l’achat du joueur.

Un autre échange téléphonique, entre José Anigo et l’agent Philippe Piola en mars 2012, laisse apparaître que l’ancien président du club Pape Diouf se serait compromis lors du transfert de Samir Nasri à Arsenal. « Sur les transferts qu’il faisait, il était rémunéré parce qu’il y avait les primes. (...) Quand on vend Nasri 16 millions, je ne m’explique pas tellement comment il reste 10 millions dans les caisses du club (…) », Anigo déclare au sujet de son ex-président.

Lors de cette discussion, le directeur sportif évoque aussi la revente du club phocéen, aujourd’hui propriété de Margarita Louis-Dreyfus, veuve de Robert Louis-Dreyfus qui l’avait acheté en 1996. Anigo confie « Si tu connais quelqu’un un jour qui veut racheter le club, moi je sais que dans un an, un an et demi au maximum, elle va le vendre (...). »

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2014