Excite

La cryothérapie est de plus en plus utilisée dans le sport

Pratique très en vogue chez les sportifs, la cryothérapie consiste à exposer directement le corps à l'air froid. Après un bref examen médical, on entre dans la cabine en maillot de bain, avec une paire de chaussures en plastique pour éviter de rester collé au sol, des gants, un bandeau sur les oreilles et un masque de chirurgien sur le nez puisqu’à l’intérieur le thermomètre plonge à 110 degrés en dessous de zéro.

La séance dure en principe entre deux et trois minutes avec de l'air «extrêmement sec» pulsé dans la cabine pour éviter les brûlures par le gel. Le principe: agir sur la douleur par un contact bref mais intense avec le froid. «Le cerveau reçoit l'information selon laquelle le corps est en danger et se met à secréter des molécules anti-inflammatoires», explique Valérie Georges, qui a ouvert le centre rennais Kemijoki à la fin de l'an dernier.

La France compte désormais une demi-douzaine de centres de cryothérapie corps entier, dont un est ouvert depuis plusieurs années à Paris à l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance (Insep) dans le but d'aider les athlètes de haut niveau à se remettre de blessures.

Certains athlètes se sentent bien avec cette cryothérapie corps entier, «mais dans la littérature scientifique, on n'a pas d'effets prouvés pour l'instant en dehors de la perception d'une meilleure récupération», commente le Pr Jean-François Toussaint, directeur de l'Institut de recherche médicale et d'épidémiologie du sport (Irmes), rattaché à l'Insep.

Il y a selon lui «un effet de mode» autour de cette pratique et un effet subjectif qui amène les sportifs à penser qu'ils récupèrent plus vite après l'effort. «L'esprit humain adore l'idée de se mettre en danger et de se dire: J'ai survécu», analyse-t-il.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017