Excite

La FIFA veut protéger le cerveau des footballeurs

  • Getty Images

L'image du choc à la tête subi par l'Allemand Christoph Kramer lors de la finale de la Coupe du monde de football au Brésil a marqué les esprits. Titubant, il avait même demandé à l'arbitre du match s'il jouait bien la finale. On se souvient également que la Coupe du monde avait connu une précédente sortie pour commotion cérébrale avec le joueur suisse Steve Von Bergen, blessé au visage après un coup de pied lors du match contre la France.

Impuissante devant ce cas, la FIFA a décidé de prendre des mesures pour permettre de réagir rapidement et d'éviter de graves conséquences lorsque de tels chocs à la tête se produisent sur les terrains de football. La FIFA a décidé de réagir en développant un projet pilote dans le championnat helvétique avec pour objectif de prendre rapidement des mesures pour éviter de graves conséquences en cas de commotions cérébrales.

Le projet pilote sera donc mené en Suisse, où première dans le monde du football, plusieurs clubs de la Super League nationale (Bâle, Young Boys, Sion, Vaduz et Zurich) ont accepté de soumettre leurs joueurs à des tests cognitifs. Ils seront réexaminés en cas de choc ou de commotion cérébrale, afin de recueillir des données susceptibles d'améliorer la prise en charge des futurs cas. Les médecins du sport confirment : on se remet d'une commotion mais il faut la traiter rapidement car un deuxième choc peut être fatal.

L'objectif à long terme de la FIFA est d'établir un catalogue de mesures dans l'optique de la Coupe du monde 2018 en Russie. Les résultats seront ensuite intégrés dans un catalogue de mesures destinés à la prochaine Coupe du Monde. Joueurs et entraîneurs de tous les pays seront également sensibilisés à ce sujet.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017