Excite

L'alpiniste et homme politique Maurice Herzog est mort

  • ERIC FEFERBERG / AFP

Après le monde de l'escalade c'est au tour de l'alpinisme de pleurer la mort d'un de ses plus illustres ambassadeurs.

Maurice Herzog s'est éteint jeudi 13 décembre à l'âge de 93 ans à Neuilly sur Seine. En 1950 son expédition qui l'avait conduit au sommet de l'Annapurna (8 091 m) aura marqué fortement la France de l'après-guerre, quand le pays se cherchait des héros. Lui et son équipe y laissèrent plusieurs doigts et orteils, gelés. "Il était auréolé d'une gloire dont il est difficile de se faire une idée. Il était notre Lindbergh, notre Redford, un des rares Français à être connus partout dans le monde", a écrit en 1997 l'académicien Jean d'Ormesson à son sujet.

L'exploit fut popularisé par la Une de Paris Match et par le film de Marcel Ichac Victoire sur l'Annapurna. Son aventure devint également un best-seller grâce au récit romancé signé par Maurice Herzog lui-même dans "Annapurna, premier 8000" (éd. Arthaud, 1951).

L'exploit fut ensuite revisité par son co-équiper Louis Lachenal et largement relativisé par sa propre fille Félicité Herzog qui accusa le roman de n'être que le fruit de l'imagination de son père.

En 1958 ce gaulliste convaincu devint Haut-commissaire à la Jeunesse et aux sports et, en 1963, secrétaire d'Etat à la Jeunesse et aux sports. Il eut un rôle essentiel dans l'évolution du réseau des Maison des Jeunes et de la Culture. "M. Herzog était venu me raconter l'histoire de ce ministère. Ce gaulliste était très soucieux d'expliquer comment il avait voulu éradiquer tout ce que le régime de Vichy avait voulu imprimer à ce ministère". se rappelle l'ancienne ministre des Sports Marie-George Buffet.

L'ancien ministre des gouvernements Balladur, Michel Barnier rappelle que Maurice Herzog "était un grand montagnard, un grand alpiniste au-delà de toutes les polémiques, qui a su réussir sa reconversion dans l'action publique". "Dans toute personnalité, dans tout homme, il y a des ombres et des lumières, pour Maurice Herzog comme pour tout le monde, je ne vais pas rentrer dans cette polémique", a-t-il ajouté, au sujet des exploits contestés de l'alpiniste.

Député de Haute-Savoie, il sera maire de Chamonix de 1968 à 1977, il fut également président du Tunnel du Mont-Blanc et membre honoraire du Comité international olympique (CIO).

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017