Excite

Le fair-play reconnu dans le football avec le carton vert

  • Getty Images

Au football, quand on reçoit un carton, ce n'est jamais très bon signe. Il y a le jaune, l'avertissement, où l'on sait qu'à la prochaine grosse bêtise, c'est l'autre couleur, le rouge. Les Italiens ont décidé d'introduire une nouvelle couleur: le vert. La particularité du carton vert? Il ne sanctionne pas, il récompense.

La mesure a été introduite cette saison en Série B italienne, la deuxième division, sous l'impulsion de son président, Andrea Abodi. Il s'est très largement inspiré de ce qui se fait déjà chez les juniors de la Botte, tentant ainsi de répondre aux exigences de l'UEFA qui veut bannir la violence et l'antijeu des surfaces vertes du continent.

Le but? Récompenser les joueurs qui font preuve d'un acte de fair-play remarquable: interrompre une action de but pour aider un adversaire blessé, avouer qu'on a simulé pour obtenir un penalty. Dorénavant, ces gestes fair-play seront donc sanctionnés d'un carton vert par l'arbitre. A la fin de la saison, la ligue fera les comptes, établira un classement et versera une prime aux meilleurs.

Parmi les autres cartons possibles, Michel Platini encourage le carton blanc. Pour sanctionner un joueur, à la place d'un avertissement oral ou d'un carton jaune, l'arbitre sortirait un carton blanc qui serait suivi d'une expulsion temporaire de dix minutes sur le banc (à l’image de la sin-bin au rugby). Pour le président de l'UEFA, le carton blanc «réduit la tension par rapport au recours aux cartons jaune et rouge durant les matches». Mais le carton blanc n’est pas forcément pour demain. «Nous devons convaincre la FIFA», disait-il il en début d’année. Entre-temps, il s’est passé beaucoup de choses à la FIFA. Et Michel Platini est un des candidats à la succession de Sepp Blatter. S’il est élu, cela pourrait grandement aider à l’instauration de ce carton blanc.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017