Excite

Le meilleur et le pire des banderoles de supporters

Pour encourager leur équipe et surtout pour "chambrer" l'adversaire, les supporters recourent souvent aux banderoles.

On commence avec la célèbre opposition entre Lyon et Saint-Etienne avec l’inscription “En 76, c'est vos pieds qui étaient carrés ». Ici, les supporters lyonnais se moquent des Verts en faisant référence à la finale de Coupe d'Europe de 1976 perdue face au Bayern Munich, et aux fameux « poteaux carrés ».

« Govou, viens boire un petit coup à la maison ». Dans le monde du football, Sidney Govou traîne une réputation de fêtard, visiblement pas totalement usurpée. En décembre 2008, il est ainsi arrêté au volant de sa voiture avec un taux d'alcoolémie de 2,6 grammes par litre de sang. Quelques jours plus tard, lors du match Caen-Lyon, les supporters normands réservent un accueil tout particulier au joueur lyonnais. En plus de cette banderole, ils entonnent cette célèbre chanson au moment de l'entrée en jeu de Govou : « il est des nôtres, il a bu son verre comme les autres ».

« Maman, achète-moi le masque de Ribéry pour Halloween ». Ce sont les supporters niçois qui ont déployé cette banderole lors d'un Nice-Marseille en 2007, à l'époque où Franck Ribéry évoluait à l'OM. Celui qui joue aujourd'hui au Bayern Munich est l'une des cibles préférées des supporters français comme le montre cet autre tifo déployé en 2012 au stade Vélodrome : « Ribéry, arrête de courir, ton cerveau n'arrive pas à suivre ».

« Nous avons Jésus, vous avez Judas ». Lorsqu'en 2004, Fabrice Fiorèse quitte le PSG pour l'ennemi juré, l'Olympique de Marseille, les supporters parisiens sont furieux et le considèrent comme un traître. Ils ne se font pas prier pour le faire savoir lors de la venue de l'OM au Parc des Princes. Il faut se rappeler qu'à l'époque, le défenseur parisien Mario Yepes était surnommé "Jésus".

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017