Excite

Les JO d’hiver se donnent un coup de jeune

Le half-pipe version skiet le slopestyle figurent au programme des Jeux olympiques d’hiver de Sotchi, en Russie, en février prochain. « On leur file un sacré coup de jeune », s’amuse Laurent De Martin, 22 ans, un des talents de l’équipe de Suisse de slopestyle. « Notre sport a explosé ces dernières années. Le CIO ne pouvait plus nous ignorer. »

D’autant que les derniers Jeux ont confirmé le potentiel médiatique du freestyle: la finale masculine du half-pipe ne fut-elle pas, sur la chaîne américaine NBC, le deuxième événement le plus regardé de la quinzaine olympique de Vancouver? Le slopestyle reste la discipline du ski freestyle la plus abordable par le grand public. Cette discipline consiste à enchainer différents modules (incluant même du mobilier urbain) qui jonchent la piste, tout en gardant sa vitesse. Cette épreuve se déroule sur les pistes traditionnelles de ski alpin ou de ski acrobatique. Les juges distinguent et prennent en compte le style du skieur, l’enchainement et la difficulté du saut.

Avec le label olympique, les freestylers reçoivent un signe fort de reconnaissance. Une garantie de notoriété aussi. « Mes copines sauront enfin quel sport je pratique », se réjouit la double championne du monde et gagnante du Globe de cristal Virginie Faivre. « Jusque-là, quand je leur disais que je faisais du ski half-pipe, elles me demandaient si c’était du snowboard. »

Et la Montreusienne de poursuivre : « Avec l’enjeu olympique, notre sport se professionnalise. La concurrence est de plus en plus vive, la compétition de plus en plus présente. Aujourd’hui, après le ski, tout le monde est en salle de sport à pédaler sur son vélo, alors qu’avant, le soir, on se retrouvait plutôt pour s’amurer entre nous. En dix ans, j’ai vu ce sport changer. »

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017