Excite

Les sportifs qui ont frôlé la mort

Récemment, le surfeur Mick Fanning a été attaqué par un requin lors de la finale du J-Bay Open disputé en Afrique du Sud. Heureusement pour la star australienne de la discipline, plus de peur que de mal grâce à un coup sur le dos du requin et aussi à la réactivité des services de sécurité de l’évènement. Véritable miraculé, Mick Fanning rejoint la liste des sportifs qui ont eu la chance de leur côté au moment où la mort tapait à la porte.

En mai 2004, Alberto Contador est victime d'une chute au Tour des Asturies. Les médecins se rendent compte rapidement que c'est une rupture d'anévrisme qui a causé la chute. Il sort rapidement de l'hôpital mais, quelques jours plus tard, il est opéré en urgence : un œdème s'est formé à l'intérieur de son crâne. On craint alors qu’Alberto Contador reste handicapé à vie. Plongé dans un coma artificiel pendant trois longues semaines, le champion se réveille finalement sans séquelles et reprend le vélo sept mois après.

Niki Lauda, ancien pilote de course automobile, a bien failli perdre la vie sur le circuit du Nurburgring (Allemagne), le 1er août 1976. Ce jour-là, l'Autrichien est victime d'une violente sortie de route, sa voiture prend feu et ce sont ses collègues pilotes qui l'extirpent des flammes. Niki Lauda est dans un état critique. Sévèrement brûlé au visage, le pilote a surtout, respiré de fortes doses de vapeur d'essence qui obstruent ses poumons. La situation est tellement désespérée qu'un prêtre est appelé à son chevet pour lui donner l'extrême-onction. Niki Lauda se remet finalement et, le visage encore marqué par les brûlures, est au départ du Grand Prix d'Italie, six semaines plus tard.

Yann Elièsfait partie des grands rescapés des courses à la voile en solitaire. En décembre 2008, lors du Vendée globe, le bateau du marin breton est violemment secoué par une vague. «J'ai été éjecté, et à l'impact, ma jambe a cédé. Dans la douleur, j'ai réussi à repasser le balcon. Je me suis traîné jusqu'au cockpit». Yann Eliès, le fémur cassé, patientera 36 heures avant d'être secouru par la marine australienne. Selon l'un des médecins, il était temps : «S'il n'avait pu être secouru, il serait mort en mer dans les deux jours. Il ne pouvait pas atteindre sa trousse de survie, qui était à deux mètres de lui, ni sa nourriture».

Enfin, le meeting d'athlétisme de Rome a été le théâtre d'un accident aussi incroyable que dramatique en juillet 2007 : le Français Salim Sdiri, spécialiste du saut en longueur, reçoit le javelot du Finlandais Tero Pitkamaki en plein dos. Le diagnostic est dans un premier temps rassurant : une plaie de 4 cm certes, mais sans atteinte aux organes vitaux. Sauf que deux jours plus tard, l'athlète est de retour aux urgences. Les médecins s'aperçoivent que le javelot est en réalité entré de 30 cm, a percé le foie de l'athlète et provoque des saignements. Salim Sdiri est heureusement pris en charge en temps. Il a retrouvé ses moyens et est revenu à la compétition en 2008.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017