Excite

Michel Platini : "La vidéo coûte une fortune"

Michel Platini ne veut pas de l’arbitrage vidéo, et il a insisté cette semaine sur un argument déjà évoqué en novembre dernier : le coût financier d’une telle réforme. « Entre la vidéo qui coute une fortune, et mettre cinq arbitres qui peuvent aussi voir les fautes, il n’y a pas de choix », a-t-il confié lundi soir, sur les ondes de RTL, dans l’émission Club Liza. « La vidéo que l’on veut nous coûte (…) 50 millions sur cinq ans. Je préfère les investir dans des terrains de football dans des pays qui en ont besoin. » Le président de l’UEFA a d’ailleurs tenu à préciser : « Je dis ce que je pense mais je ne vote pas (les réformes). Je ne suis pas un mec qui vote à l’International Board ».

L’argent est revenu au centre des discussions pour un autre thème : les transferts. S'il estime que « les joueurs seraient bêtes de ne pas accepter les propositions financières » de certains pays, Platini ne comprend pas l’exode précoce de certains joueurs français de L1. « C’est embêtant, aujourd’hui on veut tout, tout de suite. Leur entourage leur demande de partir tout de suite et de récupérer tout ce qu’ils peuvent récupérer », dit l’ancien meneur de jeu des Bleus, en évoquant les noms de Hoarau et M’Vila. « Il faut être bien conseillé, ils ont le temps de partir…» ajoute-t-il.

Une autre sortie a en revanche beaucoup plu au président de l’UEFA. Celle de Kevin-Prince Boateng (AC Milan), qui a quitté le terrain lors d’un match amical en Italie, suite aux chants racistes entendus dans le stade. « C’est formidable, j’ai beaucoup apprécié », explique Platini, affichant ainsi son désaccord avec Sepp Blatter, le président de la FIFA. « J’ai d’ailleurs appelé le Milan pour les féliciter (les coéquipiers de Boateng ont eux aussi quitté le terrain). »

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017