Excite

Une légende de l'athlétisme français, Alain Mimoun, s’en est allé

Alain Mimoun, légende de l'athlétisme français, est décédé jeudi soir à l'âge de 92 ans. Il est mort à l'hôpital militaire Bégin, à Saint-Mandé, en banlieue parisienne, tout près de l'Insep où il se rendait encore il y a quelques mois pour assouvir sa soif inextinguible de course à pied.

Alain Mimoun avait marqué l'histoire de son sport grâce à sa victoire au marathon des Jeux olympiques de Melbourne en 1956, où il avait notamment dominé le Tchèque Emil Zatopek. Né le 1er janvier 1921 à El Telagh, en Algérie, Ali Mimoun Ould Kacha avait découvert la course à pied lors de son service militaire effectué chez les tirailleurs algériens. Sous le feu des canons allemands en 1944 à Monte Cassino (Italie), sa jambe gauche martyrisée par plusieurs éclats d'obus fut sauvée par un chirurgien inspiré.

En 1947, à 26 ans, il remporte le premier de 33 titres nationaux. Un an plus tard, aux Jeux de Londres, il se classe deuxième du 10 000 m derrière Zatopek. En 1952, aux JO d'Helsinki, il doit encore se contenter de médailles d'argent, sur 5000 et 10 000 m. Il atteindra finalement la consécration suprême à 35 ans, à Melbourne, avec son titre sur le marathon.

Avec Alain Mimoun, immense champion des années 1940 et 1950, c'est un pan de l'histoire de l'athlétisme tricolore qui a disparu. Sa soif de reconnaissance légitime d'un pays, la France, qu'il a toujours considéré comme le sien, a été assouvie quand quatre présidents de la République l’ont décoré de la légion d'honneur: René Coty en 1956 (chevalier), Georges Pompidou en 1972 (officier), Jacques Chirac en 1999 (commandeur) et Nicolas Sarkozy en 2008 (grand officier).

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017